Un calendrier 2022 pour accompagner la transition.

Même s’il reste encore quelques surprises à découvrir, les grands rendez-vous de l’année 2022 sont maintenant définis. Les personnes que nous rencontrons à la micro-ferme ne sont plus dans la découverte de la permaculture, elles ont déjà beaucoup lu et vu sur le sujet. Elles ne sont plus, non plus, dans une vaste interrogation sur leur existence. Elles viennent nous voir avec des projets concrets et un désir fort de passer à l’action pour retrouver plus de sens, d’autonomie et de résilience dans leur vie. Mais, comment s’y prendre, par où commencer ? Nous avons programmé notre calendrier 2022 pour vous aider au mieux à répondre à ces questions dans tous les domaines de la fleur permaculturelle que nous avons déjà rencontrés. En voici un aperçu synthétique !

Du côté des formations, nous proposons donc :
– Des initiations à la permaculture étendues sur 3 jours avec une mise en pratique concrète sur un projet avec un jardin vivrier.
– Plutôt qu’un Cours de Conception en Permaculture très théorique, un Accompagnement au Design de votre projet sur 4 week-end répartis dans l’année.
– Une formation sur la Forêt-jardin révisée pour permettre à ceux qui ont un projet concret de repartir avec un premier design.
– De nombreuses formations pour s’initier à une technique particulière :
* dans le domaine de la culture (greffe d’arbre, affutage et maniement d’une faux, rénovation et entretien de ses
outils de jardin, fabrication d’une meule de foin, compostage, construction d’une mare…),
* dans le domaine de l’éco-construction (rénovation d’un mur en pierres sèches, construction en terre-paille, installation de panneaux photovoltaïques, construction de panneaux solaires, installation d’une phytoépuration…)
* dans le domaine de la santé (Reiki, réflexologie plantaire, lithothérapie, détox, gemmothérapie, gestion du stress, renforcement de son immunité, aromathérapie…)

Du côté des ateliers, nous proposons :
– Des Rendez-vous Nature une fois par mois pour renforcer sa connexion avec notre Terre-Mère.
– Des vendredis Jardiner au fil des saisons, pour apprendre tout en pratiquant les techniques de jardinage/ maraîchage utilisées par l’association dans un projet collectif.
– Des séances de pratique corporelle et développement spirituel (Tehima, Yoga, méditation sonores, journée bien- être).

Les animations proposées se divisent en plusieurs catégories :
– Des conférences, des projections débats pour se sensibiliser à une approche plus responsable et souveraine de la santé, de la finance et d’autres domaines clés de notre vie
– Des évènements pour découvrir et expérimenter le plaisir de créer avec ses mains et d’échanger autrement ensemble (Gratiferia, Village d’artisans, Fête de l’arbre)
– Des moments festifs pour célébrer notre plaisir de vivre et construire ensemble

Des chantiers collectifs viendront se rajouter à tout cela, au fil de l’avancée des travaux de transformation au seinb de la micro-ferme et chez les membres de l’association.

Pour plus de détails consulter régulièrement notre calendrier en ligne.

2022, le moment de la transformation

L’année 2021 nous a fait gagné en lucidité sur les rouages et les limites de notre civilisation. Elle nous a donné l’opportunité de nous remettre en question pour aller à la rencontre de notre flamme intérieure et tisser des liens avec toutes les âmes qui ont pris ce chemin.

L’heure est à la transformation de cet élan.

Transformer : du latin Trans, au-delà, exprimant l’idée de changement, de traversée et Formare, former c’est-àdire créer en donnant l’être et la forme.

Nous vous souhaitons donc pour 2022 de laisser votre être muter vers sa vraie nature pour que votre vie prenne une autre forme au-delà des limites que l’on voudrait lui imposer.

Unissons nos forces pour que ce monde qui nous appelle prenne forme !

Au sein de l’association Cultures des Demains, la transformation est déjà en cours avec le développement de nouvelles activités dans la plupart des domaines de la fleur permaculturelle : le développement personnel, la santé, l’art et la culture, la finance et l’économie, l’écoconstruction, la botanique, la cuisine, l’accompagnement de projets… Le calendrier est en cours d’élaboration et sera bientôt disponible.

Et pour accueillir encore mieux toutes ces activités, la micro-ferme Lou Baptistou se transforme également avec l’agrandissement du verger, la fin des isolations des bâtiments, la création de nouveaux hébergements, d’une véranda et d’un salon de lecture. Un aperçu de l’esprit de ces « transformations » dans le reportage réalisé par TV5 Monde en octobre dernier (sélectionner l’émission E19 sur Le Limargue).

Force et unité
Cultures des Demains

Un calendrier 2021 plein de nouveautés


Concernant les formations, nous proposons :
Des Initiations à la permaculture – 3 jours (mars) ou 2 jours (août) .
Le Cours de Conception en Permaculture – 10 jours (septembre), avec Karine MERY.
Des formations spécifiques, plus pratiques et techniques :
– Murs en pierre sèches – 1 jour (février) NOUVEAU
– Greffes et taille de printemps – 2 jours (mars) NOUVEAU
– Construction terre/paille – 1 jour + 2 jours de chantier (mai) NOUVEAU
– Maniement de la faux – 1 jour + 2 jours de chantier (mai) NOUVEAU
– Montage d’une meule de foin – 1 jour (mai) NOUVEAU
– Forêt-jardin – 3 jours (novembre)

Les ateliers réguliers au Bouyssou se poursuivent également :
l’atelier Jardiner au fil des saisons tous les vendredis matins
Le Repare Tea tous les 3ème samedis du mois
Et depuis janvier, Méditation collective tous les mercredis de 12h30 à 13h30 NOUVEAU

N’hésitez pas à consulter régulièrement le calendrier pour tous les détails de ces évènements et vous tenir au courant des animations, des rencontres et des fêtes qui ponctueront toute l’année, notamment :
Les journées plantes sauvages (mars et octobre) NOUVEAU
La fête de l’association (juin)
La fête de l’arbre (décembre) REPORT
La journée de retraite méditative (décembre) NOUVEAU

Et vous pouvez dès à présent télécharger le calendrier synthétique

2021 en lumière !

L’association Cultures des Demains vous présente ses meilleurs vœux pour cette année 2021. Qu’elle renforce votre sérénité, qu’elle vous invite à affirmer vos libertés, qu’elle vous incite à développer votre esprit d’entre-aide, qu’elle vous ouvre à encore plus de spiritualité et qu’elle vous aide à sentir et capter la lumière qui nous entoure.

Et grâce à CinéLot, c’est la micro-ferme Lou Baptistou qui est dans la lumière avec ce reportage sur Cultures des Demains réalisé durant l’été 2020.

Une journée chez les Gaulois

Ce lundi 13 janvier 2020, nous recevions l’association IEF 46 pour clore de manière festive une période d’apprentissage sur le thème « De la Gaule et des gaulois ».

Des enfants, des parents surpris, accueillis dans la danse par les hôtes costumés de la micro-ferme Lou Baptistou, qui prit des allures d’époque pour l’occasion.

Ils découvrent le mode vie de Cantiema la gauloise, de Uidia la druidesse, et de Aeredos le gaulois, au travers d’une visite des lieux : les cultures potagères intensives en terrasse, les vergers étagés, la meule de foin, la cabane faite des matériaux disponibles sur place (châtaignier, terre et paille), les latrines sur pilotis à double chambre, le four à pain, leurs outils manuels dernier cri (hâche paille, faux, serpe)…

Alors qu’Aeredos s’active au four à pain pour entretenir le feu, Cantiema les emmènent dans une histoire extraordinaire tirée de son enfance, alors qu’elle gardait les moutons de la ferme. On y croise Uidia la druidesse qui cueille cérémoniellement les fruits du lierre pour une potion ; on y aperçoit aussi de minuscules fées qui chantent, dansent et boivent autour du Dolmen ; on finit par tomber dans un puits aux poissons d’argent qui reflètent la lumière et soudain… tout ce monde magique disparaît.

Heureusement, Uidia la druidesse avait préparé une potion magique pour les réconforter, leur donner force, courage et bonne humeur pour le reste de cette journée découverte. Certains disent qu’elle est faîte à base de pommes de terre, de radis noirs, de céleri branche et de grandes orties mais Uidia garde la recette bien secrète et ce petit goût iodé reste un mystère.

Après un repas joyeux autour d’une grande tablée, retour dans la prairie pour la cueillette et la dégustation de plantes sauvages comestibles que les gaulois apprécient tout particulièrement. Uidia la druidesse est vigilante sur la reconnaissance des plantes et chacun fabriquera un herbier pour se les remémorer.

Aeredos interpelle tout le monde car le four, chauffé à blanc, est prêt. Il est temps d’enfourner les pâtons préparés le matin. A peine le temps de s’amuser dans la grotte que l’odeur des petits pains réveille notre appétit. Ils sont dévorés tout chaud, en guise de goûter, sans même attendre les bonnes confitures maison.

Pour conclure cette belle journée, un atelier poterie est proposé. Petits et grands façonnent l’argile cru pour fabriquer une lampe à huile. Nul doute que cet objet sera le point de départ de nouvelles histoires à inventer.

Atelier cuisine sur le radis noir

Ce mercredi 13 février 2019, Cultures des Demains a organisé son premier atelier « cuisiner les légumes anciens ». Un mercredi matin en cuisine qui aura permis la rencontre de belles personnes pour s’offrir de bonnes recettes avec le radis noir. Un vrai régal !

Le radis d’hiver se présente sous différentes formes et couleurs selon sa variété, noir, blanc, violet, rond, long avec des goûts plus ou moins forts.
Un légume nutritif avec quelques propriétés thérapeutiques comme par exemple, la digestion ou l’amélioration des secrétions biliaires…

Nous n’avons pas eu l’occasion de goûter toutes les variétés, mais les idées de recettes avec l’une d’entre elle, le radis rond noir d’hiver, au goût fin mais relevé, donne l’envie d’explorer ce légume.
Pour développer nos papilles, nous l’avons décliné sous quatre recettes:

En carpaccio, le radis est coupé en fine lamelle, nous y ajoutons du sel, un citron et une orange pressée, un peu de poudre de cumin, de piment et on laisse reposer quelques heures.

En salade, le radis est râpé, nous coupons un pamplemousse, nous y ajoutons du sésame grillé, une sauce faite avec une orange pressée, du tamari mélangé au miel, de l’huile et le tour est joué.

En soupe, nous faisons revenir les oignons et le radis, puis nous avons ajouté de l’eau du sel, du poivre, et une fois mouliné, nous avons râpé de la noix de muscade.

En légume, coupé en dés, revenu avec de l’oignon, des herbes de Provence, de l’ail avec une touche de miel.

Merci à Camille, Stéphanie, Linda pour la préparation des plats.

Ainsi qu’à : Nicolas, Mélodie, Guillaume, Hervé, Périnne et les enfants, pour avoir partagé notre bon repas.

Prochain atelier « cuisiner les légumes anciens » Mercredi 13 mars 2019 de 10h à 12h autour du chou feuille.

Chantier participatif Murs en pierres sèches : une équipe de choc qui a fait bloc !

Pour faire le plein d’énergie et partir sur des bases solides en ce début d’année 2019 , rien ne vaut un bon chantier participatif sur la maçonnerie en pierres sèches !

Samedi 19 et dimanche 20 janvier, à Lou Baptistou, nous étions cinq à nous retrousser les manches pour rénover le mur de soutènement du jardin potager en terrasse et construire un nouveau muret en pierres sèches à l’emplacement d’une future bâtisse.

Après un café et un  thé d’accueil, le samedi matin, Hervé a partagé son analyse besoins / fonctions de la construction en pierres sèches, le vocabulaire usuel rencontré et il a expliqué les principes et bonnes pratiques à suivre. Ce temps de théorie s’est terminé par le visionnage d’un film sur la restauration d’une restanque en pierres sèches.

Place à l’action ! Le temps d’enfiler nos manteaux bien chauds, nos grosses chaussures et nos gants épais, et nous voilà face au mur à rénover. Le chantier était déjà bien préparé : la partie écroulée avait été déposée et nettoyée, les pierres récupérées, triées par taille…  mais au moment de rebâtir, nous nous sommes aperçus que d’autres parties étaient instables. Nous avons préféré les défaire également. L’accès au mur n’est pas facile derrière l’énorme figuier qui s’est développé à ses pieds, mais à force de creuser, gratter, tailler, nous avons fini par recréer un niveau stable sur le roc servant de fondation.

On tâtonne pour trouver la bonne pierre au bon emplacement, on demande confirmation aux plus expérimentés, on les observe en se demandant comment ils font pour trouver la bonne pierre du premier coup sans hésitation.

Il est déjà 13h et nous avons tout juste remonté la semelle du mur. Une petite pluie fine se met à tomber, le froid commence à nous gagner. Mieux vaut aller se restaurer pour reprendre des forces. Au menu partagé, boulettes de bettes à la niçoise, mesclun de salades du jardin et gâteau de butternut glacé au chocolat. Tout le monde se régale dans une ambiance joyeuse.

Le ciel est avec nous ! La pluie s’est arrêtée juste avant de reprendre le chantier. Les nuages laissent même filtrer quelques rayons de soleil. On tombe les  vestes  pour monter les pierres de plus en plus haut. Malgré le manque de place, chacun œuvre avec dextérité et autonomie. Sans avoir besoin de se parler, on se remplace aux différents postes de travail : certains vont chercher des pierres avec les brouettes, d’autres recherchent les pierres adéquates et les passent aux derniers qui se laissent guider par leur instinct pour les placer.

Blang ! Bling ! Blang ! Voilà qu’Emmanuelle se met à taper sur toutes les pierres avec sa massette. Oh là ! Il est temps de la remplacer pour le remplissage des derniers rangs. Quelques coups de burin pour ajuster les pierres de couronnement,  quelques pelletées de terres pour niveler le talus et araser les pierres sèches et le mur est terminé ! Il est 17h, et chacun affiche un sourire satisfait et fier du beau travail accompli. On partage une infusion près du poêle, tout en échangeant sur nos parcours qui nous ont mené à la permaculture dans Lot, et on se dit  « à demain » pour la suite du chantier.

Quand Pauline et Thomas nous rejoignent le dimanche à 9h30,  quelle ne fut pas notre surprise d’apercevoir deux chevaux libres sur la route. On téléphone au maire puis au voisin, agriculteur. Ce sont les chevaux de Gérard  qui se sont échappés de leur enclos.  L’affaire est en de bonnes mains et nous pouvons reprendre le chantier sous un beau soleil.

Cette fois-ci, nous partons de zéro pour construire le muret de soutènement d’une terrasse qui accueillera une bâtisse légère. La première étape consiste à tracer le profil du muret. Il s’appuie sur un muret existant à l’ouest, qu’il faudra démolir sur une partie afin que les deux murets puissent s’encastrer l’un dans l’autre. Juste avant le muret existant, on décide de construire un escalier. Le muret s’appuie sur un rocher à l’ouest qu’il faudra épouser.  La deuxième étape consiste à creuser et niveler le lit de fondation. pour y poser la semelle du muret.

Le muret mesure bien 6 m de long et à 12h30, nous avons seulement eu le temps de creuser les fondations et de poser une partie de l’assise. Nous avons dégoté quelques belles pierres pour les marches de l’escalier et nous décidons de les mettre en place avant d’aller déjeuner.

Le repas partagé du dimanche est tout aussi délicieux et original : radis noir râpé au sésame, galettes de millet, navets glacés au miel, tarte aux pommes végan.  Nous reprenons vite le chantier car nous aimerions bien terminé le muret dans l’après-midi et il y a encore du boulot !

L’espace est plus ouvert sur ce chantier et on peut avancer sur plusieurs fronts. Coraline et Emmanuelle avancent le muret à l’est, Pauline et Thomas continue à l’ouest et Hervé remonte le muret existant. Mais rapidement, on manque de pierres. On dépouille le contrebas du mur de soutènement de la route juste à côté. Thomas, costaud comme un turc, sort des pierres de plus en plus grosses à lui tout seul, mais ce ne sera pas suffisant. Il faut aller chercher des pierres 5 m plus bas, au pied de la falaise… et surtout, les remonter !

La nuit commence à tomber, l’énergie commence à manquer. Nous avons terminé un bon tiers du muret dont l’escalier majestueux qui « rend vraiment bien ». A 19h, nous décidons de ranger les outils et de fêter la fin de ce bon week-end de partage et de création, autour d’un kir au cassis maison. Rendez-vous est pris pour un prochain chantier participatif au Bouyssou ou Tirmamanche chez Pauline et Thomas.

 

Chantiers participatifs au Bouyssou : ça progresse

Vendredi 29 mars dernier, 7 personnes sont venues donner un coup de main pour l’aménagement des parcelles de maraîchage au Bouyssou.
Malgré les averses de pluie et même de grêle le matin, nous avons pu terminer les plantations d’arbres et d’arbustes sur les parties à ouvrir.

A mi-chemin des chantiers participatifs, nous pouvons être fiers du travail accompli :
– 13 bandes de cultures en terrasse crées,
– 7 arbres fruitiers plantés sur les terrasses  : 2 pêchers, 1 pommier, 1 prunier à cochon, 1 quetschier, 3 mirabelliers
– 4 groseilliers plantés derrière la laurière que nous avons rabaissé.
– 14 pieds de fraisiers plantés.
– 1 haie de viorne-tin plantée le long du mur dans le pré des ânes pour s’isoler du champ cultivé à proximité.
– Clôtures et portails modifiés
– Plantation de fleurs pour agrémenter le talus (rosiers, iris, hémérocalles, sauge florale)

Cette semaine deux nouveaux chantiers participatifs sont prévus.
– vendredi 6 avril de 9h à 17h
– samedi 7 avril de 9h à 17h

Au programme :
– Amélioration du portail de l’entrée haute
– Création de 9 nouvelles bandes de cultures en terrasse en suivant les courbes de niveau
– Préparation de la couche chaude
– Nivellement et couverture de la zone de culture précoce
– Premiers semis

Rendez-vous sur le terrain de l’APEAI au Bouyssou, pour 2h, une demi-journée ou toute la journée.
Le soleil et la chaleur seront au rendez-vous sur ces deux jours alors n’oubliez pas votre chapeau, vos lunettes de soleil, vos gants de jardinage et votre pique-nique à partager !
Et n’hésitez pas à venir en famille ou avec des amis.

Merci à Laurent, qui nous a donné les mirabelliers et à Marie-Laurence qui apporté les pieds de fraisier.

Chantiers participatifs au Bouyssou : Pas peur de la pluie !

Le temps était un peu plus clément vendredi 23 mars 2018 et 7 personnes sont intervenues sur le terrain de l’APEAI au Bouyssou en vue du maraîchage.
Certains sont restés une heure ou deux, d’autres une matinée, et d’autres encore toute la journée.
Nous avons même eu le plaisir de croiser quelques curieux qui voulaient voir l’avancée des travaux de plus prêt. N’hésitez pas à en faire autant pour nous encourager !

Retour de la pluie le samedi et les courageux se sont faits plus rares. (Nous ne manquerons pas d’eau cette année !)
Nous étions tout de même 3 avec bottes, ciré, chapeau et détermination pour s’attaquer aux clôtures.


Le chantier avance donc doucement mais sûrement. Nous avons tout de même :
– créé 6 nouvelles bandes de cultures en terrasse en suivant toujours les courbes de niveau,
– planté 2 nouveaux arbres sur les terrasses et quelques fleurs sur le talus
– supprimé les clôtures entre les 2 parcelles attribuées au projet
– rajouté une clôture et un portail pour recréer une séparation avec le pré des ânes.

A quand le vrai printemps ?…